Ce jour où j’ai accouché dans ma salle de bain, avec le Mâle Grincheux en guise de sage-femme

1ère partie ici.

Et qui c’est qui perd les eaux en plein milieu du salon, après 9 mois de bons et loyaux service ? Oui, je sais que tu connais la réponse, c’est une question rhétorique, du-genou ! (Va regarder dans le dictionnaire si tu sais pas ce que ca veut dire, inculte)

Je cours sous la douche me dessaper. Et merde, ma culotte et mon pantalon de grosse baleine sont couverts de sang, comment je vais faire pour rattraper ca moi… De l’Oxy-Action et une machine à 60° peut-être ? Oui c’est pas le moment, on discutera lessive plus tard.

PUTAIN DE SA MERE CA TIRE ! Non ca tire plus, ca fait maaaaaaaaaaaal. Qui a eu l’idée de mettre un tractopelle dans mon vagin, hein, qui ???

giphy9

A partir de là, je dois avouer que j’ai perdu la notion du temps. Trop occupée à chialer, à geindre, à maudire le ciel, la terre, ce connard de Dieu, et tous les êtres humains vivant sur cette foutue planète à la con….

Il a quand même fallu trouver le courage de sortir de la douche pour répondre au salopard qui avait oublié sa capote et avait trouvé sympas de lâcher ses spermatozoïdes dans ma petite fleur… Je sais, ca manque de poésie, mais à ce moment là, la poésie, tu t’en cares l’oignon.

Je préviens donc le salopard que son tractopelle cherche la sortie, et qu’il a intérêt à se ramener dare-dare, parce que je sens la tête, là, sous mes doigts. J’ai beau serré les jambes, le tractopelle n’a pas l’air de s’en soucier beaucoup, le fumier.

Comment il a pu se pointer si vite, d’une minute à l’autre, d’ailleurs ? Y’a la nitro, dans mon utérus, et on m’aurait pas averti ?

giphy10

Je gueule sa race pendant la plus longue demi heure de ma vie. Enfin je crois que ca fait une demi heure, tu comprendras que j’avais autre chose à faire que de regarder la pendule.

Pendant que le Mâle rapplique et prend son temps, c’est sûr, vu l’éternité qu’il met à arriver et à se délecter du fait que je souffre le martyr (c’est tout à fait son genre en plus), j’appelle les pompiers, j’explique gentiment la situation, je donne mon adresse, tout ca.

ENFIN ! Voilà le Mâle Grincheux qui déboule. Je suis à poil, sous la douche, je crie, je souffre. Il me dit de me rhabiller, pour partir à la maternité. Hop hop hop, on se dépêche !

Je manque de m’étrangler. C’est qu’il est drôle lui ! Je sens la tête de SA FILLE, prête à tomber de ma foufoune, je me retiens de pousser depuis des lustres, et il veut que je fasse 20 minutes de voiture en sifflotant sur Britney « oops I did it again » ? La blague !

giphy11

Il se sauve. Oui parfaitement, le mufle sort de la salle de bain, sans rien dire, et me laisse plantée là, avec mon âme soeur la douleur.

Ca y est, le salopard responsable de tout ca panique, et c’est Bibi qui doit se démerder pour démouler son cadeau d’anniversaire ! TU CREVERAS EN ENFER, SALE PETIT FILS DE… Bref.

giphy12

Ah tiens, il revient. Il s’est pas enfuit, en fin de compte. Il me dit rapidement qu’il a emmené Princesse Casse-Bonbon chez les voisins, la pauvre pleurait dans son lit. Elan de culpabilité : sa sœur est même pas née, que je n’entends déjà plus ses pleurs. MAUVAISE MERE QUE JE SUIS.

Le Mâle Grincheux met le chauffage à fond et retrousse ses manches. Il ordonne : « sors de la douche, et couche toi ! Allez, couché j’ai dit ».

Je l’envoie chier. Chui pas un chien. Non mais il a cru quoi lui… « Ca y est, je peux y aller, elle perd la boule, je vais lui parler comme une chienne, elle s’en souviendra pas »… Pauv’tâche de mâle.

C’est humainement impossible de s’allonger à la cool sur le dos, en position gynécologique, alors que ton corps est cambré par les contractions, et que ta vie menace de lâcher ton être. Oui, je vais mourir, c’est sûr, je ne vois pas d’autre issue à cet enfer.

giphy14

Je reste debout. Debout c’est horrible, mais c’est moins horrible que de s’assoir, je le sens, je le sais, mes tripes me disent de fuir cette position inventée par Satan. Je suis à 2 doigts de faire le signe de croix au Mâle Grincheux, pour le faire fuir, lui et ses spermatozoïdes démoniaques. SALOPARD !!!

Il insiste, le mufle. Il veut aider, parait il. Ouais ouais… pour tirer ton coup y’a du monde, hein, mais pour assumer sa descendance qui te bouffe les entrailles, c’est chacun pour sa gueule ! Pourquoi ce serait à moi de faire tout le boulot, D’ABORD ???

Je sors de la douche, et je me mets à 4 pattes. C’est instinctif, c’est comme ca, ce sera à 4 pattes. Tant pis pour le glamour et les paillettes. De toute façon je hurle comme une truie, avec mon énorme ventre et du poil au minou (qui voit encore son pubis à cet stade là ? Personne, alors ne me juge pas d’avoir délaissé l’épilation 4 mois plus tôt), alors tu me croiras ptèt pas, mais à ce moment là, j’ai pas l’air hyper sexy, peu importe la position.

A un moment, sans que je sache vraiment où / comment / pourquoi… ma voisine déboule dans la salle de bain, son appareil photo en bandoulière, et nous demande comment ca va.

Oh bah, ca roule, là tu vois, on était en train de nettoyer les joints du carrelage. Nous la propreté, c’est notre dada.

giphy15

Elle repart. Elle m’a vu à poil à 4 pattes. Tout va bien.

Ni une ni 2, trop c’est trop, je pousse.

Alors comment te dire ca… Dans les sympathiques reportages sur la naissance, ils te disent que pousser est un soulagement, une délivrance, que ca fait du bien.

C’EST LE PLUS GROS MENSONGE QU’A PONDU CETTE TRAITRESSE DE PLANETE !

Alors non non non, ca ne soulage que dalle, ca ne délivre personne, et ca ne fait du bien qu’au Diable en personne.

Le tractopelle n’a jamais été aussi réel, aussi intense. D’ailleurs je pense qu’un tractopelle est bien en dessous de la vérité. Un 33 tonnes plutôt. Non, un bouchon de 12 km sur l’A6 un vendredi soir serait plus juste !

giphy16

Donc tu m’imagines à 4 pattes, avec 12km de voitures et de camions en file indienne, en train de se taper ma minette. C’est sûr, je ne pourrais plus jamais avoir de relation sexuelle, à moins que le Mâle Grincheux se fasse greffer une fusée en guise de pénis. A 26 ans, c’est triste, tout de même. RIP le sexe.

Je hurle comme jamais, je vais crever, appelez un prêtre viiiiiiiiiiiiiiite ! OK je ne crois pas en Dieu, que je maudis d’avoir inventer la procréation, de toute manière.

La tête est sortie, je le sens.

Et j’entends le Mâle Grincheux qui pleure. Qui panique total. Qui flippe sa race. Qui chouinasse que le bébé est coincé, qu’il bouge pas, qu’il est bleu, qu’il est mort…

accouchement-a-la-maison-dans-la-salle-de-bain-linspiree-du-bocal-1

Exactement ce dont t’as besoin quand t’as un corps de bébé dans le bide, et une tête de bébé qui regarde ton trou du cul !

Ma jambe est partie avant de réfléchir : dans sa tronche. Enfin j’ai voulu viser sa tronche, mais chui pas sûre d’avoir atteint la cible envisagée. Bordel de chiotte, en plus de me foutre un gamin dans le bide, il pleurniche ?

Je reste calme. Malgré le coup de pied. Je lui explique que tout va bien, que la tête sort d’abord, puis le corps ensuite. Le bébé n’est pas coincé, ni mort (quoique…), il attend juste la suite.

Je sens la prochaine contraction arrivée, et même si j’en ai pas envie, parce que je sais que ca va pas faire du bien, je suis bête et disciplinée, je pousse.

Bah tu me croiras si tu veux… mais les épaules déchirent encore plus que la tête. Je ne pensais pas ca imaginable. A la limite, la tête, c’était un peu embêtant. A la limite, les contractions, c’était comme des massages. A la limite, là, tu imagines un trou béant allant de ton ventre à ton anus. C’est sûr, toutes tes entrailles y sont passées, et ca dégouline sur le carrelage. Mon intestin grêle doit pendre comme des guirlandes de Noël. Je me demande vaguement comment je vais réussir à m’assoir avec un tel trou en travers de mon corps, ca doit pas être pratique, et ca risque de faire flipper les gens, un trou sur pattes…

Mais non, je garde la tête froide, je me retourne ni une ni deux, et je m’assied sur le carrelage. J’AI SORTI LE TRACTOPELLE, GLOIRE A MOI !

Ah tiens, le Mâle Grincheux a pensé à mettre des serviettes par terre, j’avais pas fait gaffe. Finalement, j’ai pas de gouffre du nombril à mon anus : nan, tout est bien à sa place, même le bidon tout flasque.

Sauf le tractopelle. Il est sorti. Il fonctionne, il est en service, il n’est pas dead. Il est tenu par un Mâle Grincheux à l’air gaga.

Je demande l’heure, vite, il faut savoir l’heure. 16H34. Madamoiselle Patate est vivante. Elle crie pas, elle pleure pas, elle regarde dans le vide, un peu hébétée. Je crois que pendant qu’elle me labourait le bas ventre, elle a fumé un truc et maintenant elle plane. Vraiment, personne ne compatit à ma douleur dans cette barraque, seule contre tous…

Je la prends, la pose sur ma jambe, contre mon ventre. Avec son cordon ombilical toujours relié à moi.

On rigole. Comme des cons. On se marre en la regardant. Putain, y’a 30 secondes c’était la guerre, c’était les tranchées, c’était Verdun…

Elle est belle. Elle est toute rose, toute ronde. Elle ressemble à Princesse Casse-Bonbon. Elle a l’air sereine.

Je n’ai plus mal. Je ne sens plus rien. Je me sens bien. Je suis assise, là, par terre, et j’ai l’impression que rien n’est arrivé. Comme un mauvais cauchemar effacé subitement par un doux rêve.

C’est peut-être parce que Alice nous a choisi, pour nous envoyer tout droit au pays des merveilles.

giphy17

4 réflexions sur “Ce jour où j’ai accouché dans ma salle de bain, avec le Mâle Grincheux en guise de sage-femme

  1. Anne-Laure dit :

    ouahouhouhouhouhou…… mais quel récit mes amis, quelle naissance! trop forte quand même! Et sinon, la voisine c’est toujours ta copine? Et pas de troisième en vue? 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s