La blogueuse… du point de vue du partenaire

Comme tu le sais déjà, Petit Lecteur, je suis créatrice depuis quelques années. Mais pas du tout blogueuse – puisque je me suis lancée là dedans en novembre dernier, autant dire que je suis que dalle dans cet univers. Je m’amuse, j’écris ce qui me passe par la tête, ca s’arrête là.

L’expérience que j’ai avec les blogueuses se trouve du côté « professionnel », en tant que partenaire. Au début, je les contactais, j’envoyais un mail ou un message sur leur page Facebook, pour proposer des concours ou envoyer des créations en test, pour me faire connaitre. Au fur et à mesure du temps, la tendance s’est inversée. Ca, c’est plutôt cool !

Globalement, je n’accroche pas avec tout le monde, et je peux même dire que certaines sentent la profiteuse à des kilomètres. Mais il y en a aussi des vraiment sympas, vraiment intéressées (dans le bon sens du terme) par ce que tu fais, et qui partagent des vraies valeurs sur leurs comptes. Et pour ca, tu ne peux pas tricher.

En plus de 3 ans, voici ma petite expérience :

  • La snob : la blogueuse connue, avec plein de followers, qui te snobe royalement en ne te répondant pas. Alors que le message est lu dans les 3 minutes. Tout débutante que tu es, tu la relances, en te disant qu’elle a peut-être zappé, trop occupée, ca arrive. Non non. Celle-là, elle a des jolies photos, elle semble adorable par écrit, elle met des tartines de crème à ses lecteurs, mais toi qui la suis pourtant depuis des lustres en te disant qu’elle a l’air vraiment sympas, t’es pas assez bien pour qu’elle daigne t’écrire « non merci, ca ne m’intéresse pas ». Du coup, j’ai ma petite liste de ce que j’appelle aussi les « belles moches ». Belles en apparence, mais moches en privé !

Pour avoir rencontré des blogueuses « moins » célèbres mais également plus terre-à-terre et disponibles, lors de salons ou de rencontres, j’ai eu la confirmation que ces personnes là étaient effectivement perchées dans leur monde, se prenant pour Lady Gaga, dénigrant les autres et crachant sur leurs partenaires, y compris les grandes marques : parce que tu comprends, Petit Lecteur, la blogueuse « belle moche » est tellement plus douée que les autres, tellement connue, tellement géniale, tellement indispensable, qu’il est NORMAL qu’elle ait plein de fans et de cadeaux. Non mais allô quoi ! Donc, dans le doute, je ne me frotte plus aux blogueuses à succès, parce que j’ai toujours eu un sentiment amère d’être une merde à ses yeux.

giphy25

 

  • La profiteuse : celle qui envoie un mail identique à plein de partenaires en même temps (dont toi), tu la sens arrivée à 42 km, elle est dégoulinante de gentillesse et demande directement de lui envoyer quelque chose en test. Alors qu’elle ne cite aucun produit, ni ton prénom ni ta marque, qu’elle utilise des formulations vagues comme « j’adore vos créations » (oui mais quoi plus précisément ?)…  Alors tu visites son blog et ses réseaux sociaux, et ca se confirme : niveau contenu, on repassera, parce qu’elle ne fait que ca : concours – test – concours – test, mais genre 10 fois par jour.

l'inspirée du bocal blogueuse profiteuse de cadeaux des partenaires.jpg

Tu comprends d’avance qu’elle ne fait que ca de ses journées, que les gens qui la suivent le font exclusivement pour gagner des trucs, et non pour sa brillante personnalité. De toute façon, vu la quantité de partenaires au quotidien, je sais que je serais noyée dans la masse et qu’il n’y aura absolument aucune retombée. Ah oui, parce qu’en plus, elle a le culot de collaborer avec des concurrents directs, qui font exactement la même chose que toi, elle a donc la même création en 7 exemplaires différents… Heum, c’est quoi l’intérêt ?

La profiteuse, elle se repère aussi en vrai : elle est hyper souriante, sa carte de visite dans les mains, et elle débite un discours qui pue le par-cœur, énoncé comme un gosse de 8 ans qui récite sa poésie. Elle te vante son blog (à concours) qui a beaucoup de vues et de followers, te promet monts et merveilles et, entre 2 respirations, te dit qu’elle voudrait tester telle création et te tend sa carte, toujours avec le sourire, où son adresse est indiquée pour que tu lui envoies ca rapidement, merci bien.

Personnellement, dans ces cas là, je réponds je suis vraiment débordée en ce moment, que je regarderais ca au calme chez moi (ben oui, faut bien que je vérifié si mon intuition est bonne, ou si je me suis plantée sur elle !), je la remercie pour sa proposition et la tiens informée rapidement. Et c’est ce que je ferais quelques jours plus tard, contrairement aux « belles moches », parce que même si la profiteuse est visible, elle n’est pas méchante, elle est cordiale, elle fait ce qu’elle a envie et puis surtout elle essaye (or qui ne tente rien n’a rien), c’est juste que je ne suis pas intéressée par ce genre de blogs, qui ne me correspondent pas.

  • La fausse blogueuse : elle ressemble à la profiteuse, sauf… qu’elle n’a pas de blog ! Nada. En fait, elle a juste une page Facebook, ou un compte Instagram, où elle parle de sa vie en long, en large et en travers, avec plein de photos, où elle partage des tas d’articles d’autres blogueuses, et fait des concours. Mais de blog, elle n’en a point. En gros, c’est comme si ta cousine, la pipelette qui raconte sa vie en permanence sur les réseaux sociaux, se disait blogueuse. Pareil.

Je réponds gentiment que je collabore avec des partenaires qui tiennent un blog avec du contenu (tant qu’à faire) et lui souhaite bonne continuation.

  • Celle qui se foule pas : le partenariat est conclu, vous avez papotté par message, tu lui as envoyé une création  faite rien que pour elle, pour qu’elle rédige un article, comme convenu. Ca te donne un coup de pouce côté référencement, et elle est heureuse d’avoir un petit cadeau en échange. Normal. Quelques temps plus tard, elle t’envoi le lien dudit article : qui consiste en 3 lignes de copier-coller du site, avec 1 photo. Ou pire : elle ne prend même pas la peine de le publier sur son blog, mais directement sur les réseaux sociaux (bye bye le référencement…), parmi ses 10 publications de la journée (donc invisibles, vu la quantité).

Là, je l’ai un peu en travers, l’impression d’être une distributrice de cadeaux made in China. Je sers les dents, tu la mets sur ta blacklist à l’avenir. Tant pis.

  • La blogueuse à fric : qui va droit au but en te disant qu’elle parlera de toi régulièrement si tu la payes, ton nom et ton site apparaîtront sur son blog. Elle passe pas par 4 chemins. La 1ère fois, j’ai été choquée. Moi qui pensais, innocemment, que les blogueuses écrivaient pour le plaisir… Je refuse systématiquement. Je n’aime pas cette idée. Je comprends qu’elle veuille en vivre et cherche à se faire rémunérer, elle aussi a une famille, comme moi. Mais je suis une petite créatrice, pas une multinationale, je ne peux pas me permettre ce genre de choses, surtout pour la (maigre) contre-partie proposée.

 

  • Celle qui fait 4 fautes par phrase : je suis désolée, mais peu importe la qualité des articles, ou le nombre de lecteurs, ca me fait fuir ! Je dois être psycho-rigide de l’orthographe (même si je fais des fautes, comme tout le monde), mais ca me fait grimacer et surtout je me demande comment elle a pu survivre en écrivant ce genre de choses :

« Ojourdui mon bébé d’amour a 1 an et ses vraiment le plus beaux de tous, je l’aime a la foli, mon coeur de maman ait tout émue, vous pouver pas savoir ce que ca me fais ».

Le problème, c’est que moi, je suis émue par les fautes ! Je ne vois que ca, j’en tremble, j’en sue… C’est moche. Alors, là, désolée, mais ma phobie orthographique me pousse à refuser d’entrée de jeu, sans regarder plus loin.

orthographe

Mais finissions par du positif, quand même ! Il y a aussi plein de blogueuse super sympas. Celles que tu découvres avec plaisir, celles dont tu suis le blog depuis des mois voire des années, parce que ce qu’elle écrit te parle, elle te fait sourire ou pleurer, t’as l’impression de la connaitre… Celles-ci en valent la peine.

  • Celle qui t’achète une création incognito, et qui te cite ensuite sur son blog ou sur les réseaux sociaux, en parlant de ce qu’elle en pense et de ton univers. Elle fait un vrai travail, comme ca, sans que tu ne lui aies rien demandé, sans que vous vous connaissiez, et en plus elle dépense son argent en achetant dans ta boutique ! Dans ce cas là, je la remercie chaleureusement et lui propose de la rembourser, c’est la moindre des choses. Mais cette blogueuse, trop gentille, refusera. Alors je lui enverrais un bon d’achat, ou bien une nouvelle création, pour lui montrer ma reconnaissance.
  • Celle qui t’envoie un mail personnalisé, tu constates qu’elle s’est réellement intéressée à ce que tu faisais , elle connait tes créas. Ca fait plaisir, il y a un vrai échange, tu fonces ! Ensuite, elle rédigera un vrai article, décrivant ton métier, tes différents produits, ton parcours… C’est ce que j’appelle une « vraie blogueuse professionnelle ». Qui tient son blog probablement à titre de loisir, qui a probablement un métier à côté, mais qui aura du contenu, avec des vrais articles, avec des vrais avis, des valeurs énoncées avec passion, qui sera sérieuse et disponible.
  • Celle que tu rencontres et de qui tu tombes amoureuse ! Comme si vous étiez copines depuis 10 ans. Vous parlez, parlez, parlez… et au bout de 2H, vous vous rendez compte que vous n’avez pas bougé. Ca s’appelle des rencontres coup-de-foudre ! Ca n’arrive pas souvent, mais ca arrive. On accroche ou on n’accroche pas, le feeling, ca se commande pas. Avec cette blogueuse, tu tisses un lien, comme un secret, et c’est avec plaisir que vous collaborez ensemble.

giphy1

 

  • Celles que tu connais déjà, des connaissances ou des amies, qui ont su transmettre des choses, dont l’envie d’écrire aussi. Et celles-ci font réellement partie de ta vie, elles ont une place spéciale ! Partenariat ou pas, tu les kiffes, tu les suis, tu les aimes.

Voilà, j’espère ne pas paraître trop négative, parce que vraiment, il y a des chouettes personnes dans ce petit monde. Et d’autres… moins.

Vi vi, je suis une affreuse personne pleine de jugements, mais t’inquiètes, chui loin d’être parfaite, je suis aussi bourrée de défauts, tu t’en apercevras probablement tout seul, Petit Lecteur.

giphy26

Yo, I’m a bad girl !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s