La découverte du minimalisme et d’un mode de consommation différent

Soyons clairs tout de suite : je ne suis pas (encore ?) et n’ai jamais été minimaliste, je n’ai jamais trop réfléchit à ce que j’achetais ou la manière dont je consommais. Je faisais « comme tout le monde », comme j’ai été élevée.

Mais c’est quoi, ca, être minimaliste ? Une nouvelle mode ? Une secte ?

« Le minimalisme ou simplicité volontaire est le fait de simplifier son mode de vie en réduisant sa consommation et ses possessions pour ne garder que l’essentiel.

Il y a des degrés différents, mais l’idée est d’aller à contre-courant de la vague (ou plutôt du tsunami) de la grande consommation. Le principe de ce mouvement est de  privilégier la qualité à la quantité, de favoriser les expériences aux  possessions matérielles. »

Définition trouvée ici – définition plus complète sur ce lien :

http://positivessence.fr/etre-ou-avoir-le-mode-de-vie-minimaliste/

Avoir des enfants m’a, pour ma part, beaucoup changé. En bien ou en mal, je ne saurais pas encore le dire… Certains traits de ma personnalité ont été modifiés en profondeur. En tout cas, certains côtés sont mieux qu’avant.

J’ai muri, indéniablement, me suis posée beaucoup de questions, me suis pas mal renseignée, ai changé certaines manières de faire. Mais là, on parle surtout de mode d’éducation, de la manière dont j’ai souhaité élever mes enfants, du regard que j’ai porté sur leur avenir.

Je consommais. Je consomme tout court, à vrai dire. Devenir mère ne m’a pas tellement transformé, de ce côté-là. Même si –je pense – acheter moins que la plupart des parents de mon entourage, je suis dans la « moyenne ».

349300433130c6adcec145db7a236f91

En déménageant, en aout dernier, il y a eu une petite révolution contrainte et forcée. On passait d’une location de 160m2 habitable, plus un double garage avec double grenier – c’est à dire 60m2 en plus de bazar… à notre maison de propriétaire de 105m2 habitable, avec un simple garage de 20m2 ! Grosso modo, on a perdu 95m2, c’est énorme !

Nous avions une chambre de 25m2 = on est passé à 11 ! Nos filles avaient 2 chambres de 16m2 = elles sont passées à 10.

Bref, il a fallu faire des choix, se débarrasser d’un sacré paquet de trucs, qui ne nous ont quasiment jamais servit, mais qu’on gardait « au cas où ».

Vous connaissez ce « au cas où » ? J’ai grandit dedans ! On ne jette rien, ca peut servir un jour.

Sans parler des « oh c’est pas cher, ca vaut le coup ! » mais si dans l’immédiat, le truc en question ne servira à rien  – ou qu’on l’a déjà en 25 exemplaires (les fringues par exemple !).

On a fait un sacré paquet d’aller-retours à la déchetterie, donner ou vendu, trier nos garde-robes et les jouets des enfants. C’était déjà un grand premier pas. Forcé, certes, mais qui nous a fait du bien.

Pour le Mâle Grincheux, ca a été relativement simple, il n’aime pas l’encombrement, il se débarrasse facilement, il aime les pièces claires et « vides ». Bref, il n’est pas matérialiste ! Pour moi, c’était plus difficile.  Chaque objet faisait l’objet d’un « pour ou contre », avec le fameux « mais si on en a besoin un jour ??? ». Incorrigible.

c0bc4724ff5a544082f927b1d4cf8e8e

En arrivant ici, le Mâle Grincheux a plus ou moins imposé son envie de pièce libre, sans bordel, sans meuble devant chaque bout de mur ! Ce que, moi, j’ai toujours eu tendance à faire : remplir !

Je l’ai d’abord vécu comme une contrainte, il nous fallait des rangements ! Je vivais persuadée qu’il fallait des rangements, des tiroirs, des étagères. Partout.

Sauf qu’avec le tri qu’on avait déjà réalisé et les meubles qu’on avait encore à changer (car abimés ou qui ne nous plaisaient plus), pas mal de choses sont restées dans le garage, dans des cartons. A part la cuisine équipée, remplie, le salon était plus ou moins désert, ne contenant qu’un canapé, un meuble télé, le bureau de l’ordinateur, et la table sur laquelle nous mangeons. Une révolution par rapport à avant.

Au final, après 5 mois à vivre avec nos meubles « à débarasser », que nous n’encombrions pas, exprès… je me suis rendue compte que tout ce qui dormait dans les cartons n’avaient jamais été utile, nous n’avions même jamais jeté un œil dedans ! J’étais incapable de savoir ce qu’il y avait dedans.

Et puis, à force, je me suis aperçue que l’espace était agréable. Que remplir chaque coin n’était ni un besoin ni utile.

Nous avons bel et bien jeté ou donné nos meubles, les avons changé, et n’avions quasiment rien à mettre dedans !

Voici le meuble télé : vide. Le coffre sous le citronnier ? Vide également.

IMG_9179

A droite du meuble télé, la couche du chien Déglingo, puis une étagère : un panier contient de la peinture, un autre des légos – les 2 sont pour nos filles. Les 6 autres paniers sont vides.

IMG_9182

2 des casiers contiennent des livres, tous les autres de la déco : plantes ou cadres photos. Quand on a sorti 3 cartons de livres (du garage !), on a de nouveau fait un tri : nous en avons gardé 1/3, nos préférés, le reste à donner à la bibliothèque de la commune. J’adore lire, je dévore généralement un livre en 2-3 jours, et s’il me plait moins en 1 semaine.

J’ai réfléchit à la question et me suis dit que lire des e-books sur tablette pouvait être une bonne alternative, sans encombrer la maison, sans consommer à outrance et gâcher des arbres, polluer, jeter. Lire est un plaisir, pas un outil final !

C’était le mois dernier. Et à partir de cet instant là, j’ai eu une prise de conscience. Il fallait changer, à quoi servaient tous ces objets ??? Ne pouvaient ils pas servir à d’autres, moins chanceux, dans le besoin ?

Par hasard, dans mon fil d’actualité sur Facebook, dans les jours suivants, je suis tombée sur l’article de Eloïse Weiner, it’s a mum life, vous connaissez ? Je la suis depuis des années, j’adore son blog, son humour et ses dessins.

Son article en question, sur la garde-robe minimaliste de sa famille :

Une famile minimaliste : le dressing.

Pour moi, ca a été, d’une part : un choc de savoir qu’une famille pouvait vivre avec si peu de vêtements, tout en n’étant absolument pas dans les besoin.

D’autre part, une révélation sur un mode de vie – et de consommation – différent ! Qui m’appelait sans avoir de nom.

Quand quelque chose m’interpelle ou éveille ma curiosité… je lis ! J’ai passé les jours suivants à lire de nombreux articles blogs sur le mode de vie minimalisme. J’ai acheté un livre (incorrigible !) de Dominique Loreau : l’Art du Minimalisme. Il semblerait que ce soit l’une des bibles sur la question.

41wn9aJ2Q7L._SX307_BO1,204,203,200_

Aujourd’hui, je ne l’ai pas encore lu, je l’avoue. Mais je parcours toujours le web, pour lire telle ou telle expérience de vie. Je suis également sur 2 groupes, sur Facebook, dédié à ce mode de vie. J’adore lire les différents points de vue des protagonistes, leurs différentes manière de faire, leurs différentes définitions également.

Car oui, à chaque personne, correspond un mode de vie propre. Quand l’un a besoin de 2 pantalons, un autre ne se verra pas vivre sans 10. Nous avons tous un degré de tolérance différent !

fecf07a6b3e53027e7011cec2d294445

En ce qui me concerne… une mode ? Peut-être, peut-être pas. Le Mâle Grincheux se retrouve naturellement dans cette démarche, chez lui, ca a toujours été inné, et ca ne représente pas une difficulté. Quand on vit en couple, en particulier depuis des années, on déteint l’un sur l’autre, on change à son contact.

C’est étonnant de constater que, même après 15 ans ensemble, on évolue, on apprend, on grandit.

Depuis, nous avons apporté quelques changements dans notre quotidien, doucement mais sûrement. Ils ne concernent pas seulement la quantité d’objets contenus dans notre maison, ca touche également à notre alimentation, nos garde-robes, nos dépenses en général…

A suivre !

 

4 réflexions sur “La découverte du minimalisme et d’un mode de consommation différent

  1. Anne-Laure dit :

    héhé, mais tu as changé de meuble télé! très joli le nouveau! Le petit bureau a terminé dans une des chambres des filles ? 😉

    Moi je pratique le minimalisme depuis très longtemps, donc je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis…… j’achète peu, mais j’essaie d’acheter bien, des produits de bonne qualité et qui durent longtemps. Pour les fringues, les articles de cuisine, le linge de maison etc. Et surtout je n’ai aucun scrupule à donner ou jeter (mais plus rarement) quand je n’ai plus besoin ou plus envie de certains objets.

    Bonne continuation en tous cas 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s